11 avril 2020 Axel Hoarau

Redlocks, la fondatrice : présentation

Un jour particulier, une femme particulière : RedLocks.

Femme battante et pionnière, elle fonde Taka Move en 1994, devenu Taka Mouv’ en 1998 : première école de danses « Only Hip Hop » en France, dont le mot d’ordre est Oldschool, ou T’as qu’à Mouv.

L’événement fait le buzz dans la France entière, déclenche un scandale sans égal : une femme au sommet de la transmission « véritable », la figure choque.

Elle traversera la majorité des battles européens, se rapprochant des figures emblématiques du Popping, son choix de préférence, et rencontrera pour sa formation les précurseurs du mouvement Funk Styles, venus pour la première fois à Lyon sur son invitation, instant mémorable de formation et de culture.

La famille, le mouvement positif, l’éducation, la passion, sont des valeurs que son nom aura transpiré 20 années durant, au fief d’une adresse inchangée : Takamouv.
Son dicton quotidien : « Peace, Unity, Respect, Knowledge & Havin’ Fun ».
Son enseignement, basé sur une phrase que nous citerons de ses habitudes « Danser, c’est transformer l’énergie négative, en énergie positive ».

Formatrice de nombreux danseurs, enseignants, passionnés, activistes, elle aura fait naître une jungle sur le territoire urbain, de tous niveaux, âges et styles : Bboying, Popping, Locking, Freestyle, son carré parfait.
Parmi eux, des victoires, des réussites, des percées, mais également des reconversions, des « thérapies accomplies », et peu d’abandons.

Ayant à cœur de transmettre, Redlocks tire sa force dans sa pédagogie unique et riche de valeurs universelles. Elle accompagne ainsi de nombreuses générations dans leur développement tant au niveau personnel que professionnel.

Professionnels ou amateurs, cette amoureuse des danses hip hop accorde aussi une importance forte à la place de l’enfant dans la culture et accompagne ainsi dans les années 2000 les R’Happy Gones – made in Takamouv – dans les débuts des battles juniors en France qui se démarqueront par leur musicalité et leur originalité.

Dans cette volonté de guider les générations futures, Red met très tôt en place des méthodes pédagogiques et des activités dédiées aux enfants (notamment de moins de 6 ans) et révolutionne ainsi à son échelle la vision traditionnelle des activités des jeunes enfants.

C’est ainsi qu’elle apportera sur le terme un acte de transformation profond, un regard dont le challenge était à la hauteur de sa force : la Femme dans la culture urbaine, le mouvement positif, le respect d’une histoire jusqu’au détail du geste.

Femme d’arts, elle aura mené un grand nombre de spectacles, car à Takamouv, il n’était pas question de Gala : tout était minutieux et fort. Une compagnie prendra forme dont le nom DgensT montrera un beau succès, inspirant de sa forme encore grand nombre d’œuvres actuelles.

Son concept est simple : Le One Shot, pas question de s’attarder sur les ventes, l’éphémère est à l’instant T…
Indépendante et rebelle, les subventions ne sont pas de son vocabulaire, car au-delà de son nom, elle était surtout une mère de famille pour qui elle s’est battue corps et âme, dans la simplicité et la discrétion, la sagesse du silence : et c’était loin d’être facile. C’est ce que beaucoup appelleraient : « Une vraie ».

Le sourire en aura fait fuire plus d’un, car la « Dread » de l’époque, on ne la connait que trop bien, et aura donné la victoire : l’histoire d’une lion’e, chasseuse efficace dont le ROC restera un totem signifiant, dressé en son hommage par ses derniers « petits » : le festival Rally Of Culture.

Aujourd’hui, plus de 20 ans de carrière, 4 enfants, elle continue son périple en tant que Graphiste et conseillère, principalement pour Takamouv dont elle reste l’emblème d’un édifice qui ne faiblit pas.

Joyeux Anniversaire pour une pionnière, et surtout : 1❤

Centre De Danse Hip Hop TakaMouv