Il y a quelques enregistrements qui datent du début des années 1970 avec quelques groupes confidentiels dont les Last Poets ainsi que Gil Scott Heron.

Il s’agit à cette époque de déclamation de discours sur des rythmes battus par des tambours africains avec la négritude comme thème de prédilection. C’était un style de musique appelé « spoken word », style venant à la base des prisons américaines, qu’on peut considérer comme un des ancêtres du rap.

Le Hip Hop, lui, est né en 1974 avec DJ Kool Herc, et les premiers raps étaient faits par des MC (Maitres de Cérémonie) qui faisaient des rimes toutes simples pour mettre l’ambiance en soirée.

En 1979, le premier tube rap sort en 45 tours, c’est Rapper’s Delight du Sugarhill Gang. Les rappeurs y sont accompagnés par un orchestre funk et il ne s’agit que d’une vulgaire caricature de la révolution qui se prépare dans les rues New Yorkaises. On peut noter aussi la parution de Magnificient Seven en 1980 du groupe punk anglais The Clash.

En 1982, The Message de Grandmaster Flash fut la révolution annoncée. Il s’agit du premier tube hip hop, une culture de rue qui était alors composée principalement de danse et de DJ-ing. Il est d’ailleurs curieux que, malgré le fait que ce soit le rappeur Melle Mel qu’on entend sur l’enregistrement, le titre est crédité du nom de Grand Master Flash (le DJ – concepteur sonore). Le rappeur n’avait pas le rôle de premier plan qu’il a aujourd’hui.

Le rap explose dans les années 1980 avec des groupes politiques comme Public Enemy ou entertainment comme Run-DMC. Dans la lignée du Do It Yourself des punks New-Yorkais (le hip hop fut d’abord surnommé le « punk noir »), les rappeurs rappaient sur des rythmes synthétiques et brutaux, issus de boîte à rythmes bon marché).

Il s’agit d’une véritable musique populaire de rue qui développait ses propres thèmes : d’une part sous l’influence de la Universal Zulu Nation (ou plus communément appelée Zulu Nation) d’Afrika Bambaataa qui voyait dans le hip hop le moyen d’éloigner les jeunes des drogues et des gangs et d’émuler leur créativité, d’autre part en tant que témoignage d’une vie difficile (rap « hardcore »).

Centre De Danse Hip Hop TakaMouv